Un SIG, à quoi ça sert ?

 Les fonctions offertes par les SIG  peuvent se résumer en cinq séries de questions :

  • ? : où sont les autoroutes ?
  • Quoi ? : qu’y a-t-il à cet endroit ?
  • Comment ? : comment aménager un espace sans créer de contraintes paysagères ?
  • Et si ? : et si un magasin s’installe dans cette ville, combien de clients vont s’y déplacer ? Les interrogations sont de l’ordre de la prospective.
  • Pourquoi et quand ? Face à la nécessité croissante d’amélioration des outils d’aide à la décision, ces questions sont plus récemment apparues dans les domaines d’application des SIG. Elles impliquent une gestion informatique du temps et des méthodes avancées d’analyse spatiale (Bordin P., 2002).*

 

En d’autres termes, les applications d’un SIG peuvent être larges, allant du « simple » souci de cartographier l’espace (l’aléa inondation le long d’un cours d’eau par exemple) à des besoins d’analyse plus complexe (la simulation d’un épisode de crue). La localisation des phénomènes étant capitale dans un environnement de plus en plus contraint, le SIG est aujourd’hui largement déployé comme outil  de gestion urbaine ou de concertation et aide à la décision (et notamment lors de l’élaboration de documents de planification communaux).

 

Aujourd’hui et depuis une dizaine d’années, de nombreuses structures - publiques et privées développent leur S.I.G pour des besoins propres et pour satisfaire une nouvelle économie de service.

 

 

Et en France où en est-on ?

Plusieurs structures françaises œuvrent aujourd’hui au développement de l’information géographique et à sa promotion au niveau national. Parmi elles: le CNIG, qui a pour mission principale de conseiller le gouvernement sur toutes les questions relatives au sujet, et l’association AFIGEO qui concoure au développement de l’information géographique et au dialogue des différents acteurs du secteur.

Les plateformes régionales

Les Infrastructures de données géographiques (IDG) plus communément appelées plateformes, sont créées dans le but de mutualiser et diffuser les données géographiques à une communauté d’ayant-droits. A ce titre, les plateformes et leurs partenaires jouent un rôle pivot dans les régions, pour la promotion et le développement de l’information géographique et favorisent les rencontres et échanges entre acteurs de la géomatique.